Specialized lance l’Aethos

Le plaisir, comme le bonheur, tient parfois à peu de chose. Et dans le domaine du cyclisme il s’agit depuis toujours d’un chiffre minimaliste. 585 grammes en taille 56, c’est ce que pèse le nouveau cadre Aethos. Un chiffre absolument incroyable sur un cadre de série, homologué UCI. Si le récent Tarmac vous semble trop orienté vers la compétition et la pure performance, l’Aethos vous propose une alternative plus ludique. Il a été développé pour le seul « plaisir de rouler ». Un vélo hyperlight d’un nouveau genre que nous vous détaillons avant un prochain essai complet.
 

Aux sources du plaisir cycliste

The perfect ride

C’est quoi le perfect ride ? Chacun aura sa propre vision de la chose, mais évidemment le parcours est le premier élément qui fait d’une sortie, une sortie parfaite. Au-delà du parcours, les sensations sont aussi importantes.
Et c’est ce que Specialized met avant avec l’Aethos. La marque américaine a cherché à retrouver « l’essence même de la pratique du cyclisme ». « Un vélo pour parachever les moments où le temps s’arrête et où l’humain et sa monture ne font qu’un ».
Un discours qui nous enchante et que nous partageons totalement tant pour nous la quintessence du lien entre le cycliste et son vélo est prioritaire.
N’en déplaise à ceux qui pensent que l’important est d’avoir un vélo pour rouler, le plaisir donné par certaines machines dépasse l’entendement. On peut faire le lien avec l’univers mécanique, il y a décidément des autos ou des motos qui sublimeront une montée du Stelvio ou du Ventoux.

L’Aethos a donc été créé dans cet optique, prolonger le plaisir cycliste, sublimer les sensations et magnifier vos sorties tout en cassant les codes préétablis sur ce que doit être aujourd’hui un vélo de course moderne. Le contraire exactement de la dictature du marketing
 
 
Retrouvez la suite de cet article sur topvelo.fr
 

commentaires (0)