Zoom sur nos cyclosportives : La Mediofondo ProbikeShop Beaumes-de-Venise avec Florian Frison

Pour sa 6ème épreuve de la saison, notre Community Manager Florian FRISON, revient avec nous sur sa dernière cyclosportive, la Mediofondo Proibkeshop Beaymes-de-Venise
 

<< Même si je n'ai pas encore un top niveau, j'avais pour idée de tenter quelque chose dès le départ, histoire d'arrivé peut être avec un peu d'avance au pied du Ventoux ou de la 1ère difficulté >>

 
Je ne travaille pas la veille de l'épreuve, j'en profite du coup pour essayer de bien me reposer. Mise à part le mardi avec une sortie de plus de 100km et une sortie recup la veille de l'épreuve, je n'ai quasiment pas roulé.

Je vais récupérer tranquillement mon dossard le vendredi, histoire de ne pas trop me presser le samedi, surtout que j'habite à plus d'une heure de route du lieu de départ.

Samedi matin, levé 5h45/6h, ça pique ! Je compte arrivé sur les coups de 7h30/7h45 à Beaumes-de-Venise, malheureusement lorsque j'arrive sur place, il m'est impossible de trouver une place pour me garer... Obligé de me mettre à moitié sur l'herbe et sur la route, pas top... Surtout que l'heure tourne vite, et que le temps de décharger le vélo et me changer, il est déjà 8h15... Résultat je me retrouve assez loin dans le SAS, surtout que le départ sera donné à 8h40.

La course est lancé, et je passe sous le portique de départ, déjà 2min après les 1ers...
Même si je n'ai pas encore un top niveau, j'avais pour idée de tenter quelque chose dès le départ, histoire d'arrivé peut-être avec un peu d'avance au pied du Ventoux ou de la 1ère difficulté, mais c'est raté.

J’essaie de remonter sur les parties facile, car déjà pas mal de personnes ont crée des cassures, je me retrouve rapidement dans les 1ères positions d'un petit groupe, mais je sens déjà que les jambes ne sont malheureusement pas superbe.

On restera jusqu'au pied de la 1ère difficulté à quelques centaines de mètres du gros du peloton... Pendant près de 18km à chasser derrière, mais on n'arrivera jamais à revenir à l’abri.

Je coince un peu au début du Col de la Madeleine, mais au bout de quelques secondes je retrouve quelques sensations, et réussis à reprendre ma position dans le groupe, même si j'ai été encore gêné par quelqu'un qui ne sait pas garder sa ligne, et qui m'a du coup envoyé un peu à l'extérieur d'un virage rapide.

Le sommet approche, et je décide de me mettre en tête du groupe de 20/30 personnes pour faire la descente en tête et éviter les chutes.

Il reste un léger faux plat montant, et 2 kilomètres de descentes avant d'arriver à Malaucène et d'attaquer les 21.40km à 7% de moyenne du Mont Ventoux. J'ai d'ailleurs un assez mauvais souvenirs de cette face, où j'avais complétement coincé lorsque j'avais réalisé le défis des cinglés en Juin 2018.

Je décide du coup de ne pas essayé de suivre mon groupe, et de monter à mon rythme... S'en suit 2h d'ascension vraiment galère, car je suis vraiment dans un mauvais jours...
D'ailleurs je ne comprendrai jamais, j'ai fait 4 sorties dans les Pyrénées et 5000 mètres de D+, 4/5h de route le vendredi, travaillé pendant presque 10h en position débout le samedi, et mise à part quelques courbatures je volais dans les bosses lors des Boucles du Verdon, mais1 semaine de quasi repos et je n'ai pas de jambes... Incompréhensible.

Mes pieds commencent à me bruler dès les premiers kilomètres, je décide de desserrer à fond mes chaussures pour diminuer le phénomène.

Les derniers mètres avant de basculer dans la descente sont noir de monde, et je suis obligé de slalomer entre la circulation...
Je décide de faire la descente sur un bon rythme histoire de rattraper mon mauvais temps de la montée, mais je suis énormément gêné par les voitures/motos/camping car qui descendent le col... Mais j'améliore tout de même mon temps de 9 secondes, je penses qu'il y avait moyen de faire un temps sympa.
 

<< Je perds énormément de temps sur ces 6 kilomètres, et je même quasi obligé de poser pied à terre à un moment ... >>

Après l'épingle de Saint Estève, je décide de manger un morceau, un peu galère car je me retrouve bloqué derrière une vingtaine de voitures qui roulent à faible allure, et il y a tellement de circulation en sens inverse, que j'ai des grosses difficultés pour les dépasser. Je perds énormément de temps sur ces 6 kilomètres, et je suis même quasi obligé de poser pied à terre à un moment ...

Arrivée dans la 2ème ascensions du Col de la Madeleine, je n'arrive pas à inverser la machine, et je subits... Je n'arriverai jamais à trouver des jambes jusqu'à l'arrivée, je suis tout simplement vidé et la chaleur n'arrange rien.

A 7km de l'arrivée, on arrive dans une descente pleins de graviers, je décide de rouler prudemment. Mais au bout de quelques virages, je vois que malgré tout ça tient bien la route donc j'en profite pour remonter pas mal de personnes, s'en suis d'ailleurs une petite bourre avec un Italien, dommage qu'on a pas réussis à rattraper un bon groupe, car les derniers kilomètres étaient vraiment roulant.

Je termine 190ème sur 445 à l'arrivée, bonne surprise de voir que j'ai réussis à avoir un diplôme d'Or malgré mes mauvaises sensations de la journée.

Lien Strava :
https://www.strava.com/activities/2414522972/

RDV à la GF Santini pour la prochaine épreuve.
Publié dans Cyclosportives 04/06/2019, 19:27

commentaires (0)

Pas de login