Zoom sur nos compétitions : L'Ironman Italy Emilia-Romagna avec Prunel Cubizolles

Ensuite on va chercher les dossards, comme dans mes souvenirs à Hambourg, quand j'avais accompagné Matt l'an dernier, tout est énorme, l'organisation est dingue, ça y est, tu vas le faire. 

 

Mercredi : on arrive sur le parcours, on reconnaît la bosse aïe ça a l'air d'être compliqué, des parties à 14%, ça va piquer... La route ne rend pas, pas top moumoute! On fait le reste de la reconnaisance en voiture, vu que c'est sur l'autoroute, ça n'a pas l'air folichon le revêtement... Mais bon, trop tard, on y est !

Ensuite on va chercher les dossards, comme dans mes souvenirs à Hambourg, quand j'avais accompagné Matt l'an dernier, tout est énorme, l'organisation est dingue, ça y est, tu vas le faire. 

Jeudi : petite reco du parcours CAP, pas technique, roulant, facile, un peu de pavés mais rien de dingue, la ville de Cervia est vraiment super mimi! C'est cool ! Ensuite petit plouf dans la mer, et là aïe, des vagues de malade, un gros vent, on essaie de nager dans ce tourbillon, c'est limite impossible... Pas top, rien ne s'annonce vraiment comme prévu.

Vendredi : une petite heure de vélo et on va le déposer au parc à vélos, il est énorme, il fait 600m de long, il fa falloir retenir l'endroit précis, au début d'un hôtel à côté d'un panneau parking, difficile de faire plus simple !

On dépose les affaires des transitions 1 et 2, la mer est toujours aussi agitée, le swim test est annulé, ça sent mauvais ! Un petit facetime avec la famille et on va dormir, car demain tu vas devenir une Ironwoman prupru ! 

Samedi : 4h45, le réveil sonne, j'ai super mal dormi, cauchemars du réveil qui ne sonne pas, de la voiture en panne et j'en passe...etc Le petit déjeuner a du mal à passer, je me coiffe comme Xena la guerrière cool !

Je mets mon cuissard, ma brassière, et toutes mes affaires pour l'après course, et pour la natation sont prêtes, je prends mes chaussures de vélo, la pompe, mon stress et mes doutes et on y va !

Ça caille : 10°C, le soleil va bientôt se lever, tout le monde se met en combi, il n'y a pas beaucoup de bruit, on va au charbon les gars ! On se dirige ensuite vers la plage, Matt me fait rire et me détend, le stress s'en va, et l'envie d'y aller arrive, je ne m'attendais pas trop à ça mais tant mieux!

Sur la plage, c'est la fête la musique est à fond, le speaker donne de ses cordes vocales, les gens dansent et applaudissent, ça fait bizarre mais j'y prends goût!

 

Je sors de l'eau : 4100m - 1h21, trop contente, je visais 1h20 pour les 3800m et en eau calme !

 

Les pros partent, je recule pour me mettre dans mon sas 1h10-1h20 en natation. Ça avance vite, je mets ma montre, mes lunettes, 7h58 bip bip bip go !!

C'est parti, je pose ma natation, je suis bien, il y a du monde, ça se bouscule, mais je suis à l'aise, je vise les bouées, je bois la tasse 1 fois, beurk c'est salé, demi tour, wah déjà 1500m ! Le retour est plus chaotique, il y a quelques gros nageurs qui remontent donc la machine à laver se met en route, la mer est agitée, je bois à nouveau la tasse, je mets la main sur un truc gluant dégueu qui me pique, ça picote la main, c'est désagréable, mais ça m'empêche pas trop de nager. Je tire souvent à gauche, je comprends pas pourquoi d'habitude je tire à droite, alors à chaque fois je dois me remettre dans le pack, je commence à me dire que je dois beaucoup rallonger avec mes conneries mais pas grave on est là pour être finisher !

Je me dis que c'est un peu long, et là, dernière bouée, 500m, tu as fini, la discipline que je redoute le plus, c'est terminé !! Je sors de l'eau : 4100m - 1h21, trop contente, je visais 1h20 pour les 3800m et en eau calme ! La journée commence bien.

Transition 1 me voilà, je suis plutôt euphorique, je mets mon maillot de vélo, mon casque, mes lunettes et c'est parti mon kiki! Je prends le vélo, je saute dessus, et je pédale! Couchée sur les prolongateurs, je double c'est cool, il y a beaucoup de vent jusqu'à l'autoroute, de face bien sûr, 140 au cardio, je pense qu'à mon pédalage, pas de force, ni de moulinette, reste cool ! Je suis à l'aise, il y a du vent mais je comprends pas d'où il vient, alors je vérifie le cardio de temps en temps, tout est ok ! Je croise Matt, ça me rebooste, je fais la bosse à fond les ballons, je double tout le monde, ça déchire !

2ème tour, je suis toujours à l'aise, tout va bien, les jambes sont un peu dures mais ça passe, je recroise Matt, ça me redonne un coup de fouet alors que je m'endormais un peu, il a pas l'air au top... Je fais de nouveau la bosse à fond, un peu moins vite que la première fois tout de même ^^ Je double à nouveau, c'est cool ! Je regarde ma montre 140km, allez prupru plus que 40 ! Et un marathon yell, j'accélère un peu face au vent, je loupe un ravito aïe, le 2ème loupé... Mes jambes ont l'air plutôt fraîches.

J'arrive à la Transition 2, je pose le vélo, me change, et cours ! Je suis à l'aise, je cours trop vite, comme Matt l'avait prédit, je ralentis la cadence, 1er tour fait wah trop facile cet Ironman!

Je croise Matt, je suis trop contente, et puis 2km plus loin, au 17ème, quelqu'un à éteint la lumière, plus rien, vide, il fait noir, je titube, je marche, je pleure, je doute... Je me dis ok, tu marche sur les ravito et qu'une fois entre chaque, petit pacte avec moi même, 2ème bracelet, il reste encore 23km... C'est une sortie longue, tu as l'habitude et tu adores ça, c'est ton truc la Course à Pied, allez vas-y défonce toi! Impossible de manger, je bois un verre d'eau et un de coca à chaque ravitaillement, c'est dégueu, je me sens faible, je me sens nulle, je recroise Matt, il a bientôt fini, je pleure dans ses bras, je ne vais pas y arriver, il me réconforte et il me dit que je peux le faire !

2km plus loin je m'arrête contre une poubelle et pleure comme une madeleine, j'ai plus de force et même marcher est une torture, puis j'entends quelqu'un, un inconnu, qui me hurle dessus "Allez Prunel, tu n'as pas fais tout ça pour rien, arrête de te plaindre et marche, chaque pas est un mètre de plus vers la ligne d'arrivée, allez, bouge toi le cul". Je ne sais plus où me mettre et je repars, je cours à 7 au kilomètre undecided,  je me moque de moi, 7 au kil, j'ai jamais couru aussi peu vite, c'est sympa mais c'est long, au 25ème, je marche...

Je croise un français qui me dit "allez Prunel, j'ai parié sur toi, tu vas le faire, tu vas l'avoir cette médaille" il me rebooste, les concurrents sont mes compagnons de galère, 3ème bracelet, je continue mon plan : tu cours jusqu'au prochain ravito, j'y crois de nouveau, je me force, je passe le 35ème, putain allez prupru 7 km!!

Je ne marche plus, si j'ai soif, ça attendra la finish Line, dernier bracelet, ok maintenant tu cours comme tu sais le faire et jusqu'au bout, il reste que 3,5km !! Je cours comme une folle, je vole, ça me défonce chaque partie du corps mais j'y arrive, je recroise le français qui m'avait crié dessus "Alors prunel qu'est-ce que j'avais dis ?! Allez tu vas la bouffer la finish Line, allez !!" Il me booste comme personne et je cours en 5min30, c'est dingue, je finis même encore plus vite, je passe le 40ème comme une ouf, tout le monde m'applaudit, c'est finit !!!

Le 42ème et le speaker me dit "you will be an Ironman Prunel go!!" Oh yeah! Je vois la finish line, je suis tellement heureuse, je vois Matt, je n'ycrois pas, je suis trop heureuse, purée ça y est, Prunel you are an Ironman !

commentaires (0)

Pas de login